SIGNATURE DU PROTOCOLE SUR LA GESTION DU SPORT SCOLAIRE

Publié le par senesports.over-blog.com

Le premier pas vers la création d’une Fédération

En signant vendredi le protocole sur la cogestion du sport scolaire, les ministres Kalidou Diallo et Faustin Diatta ont aussi posé le premier acte de la création de la Fédération du sport scolaire.

FAUSTIN-DIATTA.jpg

Le ministre des Sports, Faustin Diatta et Kalidou Diallo, ministre de l’Enseignement préscolaire, de l’élémentaire, du moyen secondaire et des langues nationales ont procédé hvendredi au locaux de ce dernier à la signature du protocole de partenariat pour la promotion du sport scolaire. Ce protocole est le fruit de la réflexion qu’avez engagé les acteurs du milieu en 2009 au stade Léopold Sédar Senghor. La recommandation phare de ce séminaire était la création d’une Fédération en lieu et place de l’Union des associations sportives scolaires et universitaires (Uassu). Et le premier jalon vient d’être posé hier à travers la signature de ce protocole. En effet, cet acte va aboutir « à la mise en place, à la fin de la saison sportive, une fédération du Sport scolaire », stipule l’article 2.

Le document paraphé par les deux ministres préconise une cogestion du sport scolaire entre les deux entités. En d’autres termes, il revient désormais au ministère de l’Education d’organiser les compétitions pour les établissements relevant de son Département. Pour cette année, les deux parties conviennent de la mise en place par les gouverneurs et préfets de comités régionaux et départementaux chargés du sport scolaire. Ces compétitions seront régies par les textes  de l’Uassu à titre transitoire, précise l’article 3. Pour sa part, le Ministère des sports s’engage à « prendre en charge la police d’assurance, les frais d’impression des licences ; contribuer au financement des récompenses  prévues pour les compétitions ; mettre à disposition les infrastructures sportives relevant de son autorité les mercredis après midi ; mettre à la disposition des comités régionaux et départementaux du sport scolaire les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à leur fonctionnement ». Quant au Ministère de l’Enseignement préscolaire, de l’élémentaire, du moyen secondaire et des langues nationales, il lui revient « de rendre effective la participation de tous les enseignements scolaires aux compétitions sportives organisées par les comités régionaux et départementaux du sport scolaire ; participer à la prise en charge des frais d’organisation des compétition ; mettre à disposition des comités les ressources humaines, matérielles et financières nécessaires à leur fonctionnement ».

Ces dispositions à titre transitoire seront confiées à la future fédération dont « la cellule de concertation réunissant les deux parties est chargé de l’élaboration des statuts ».

Satisfecit des deux parties

Prenant la parole, Monsieur Faustin Diatta s’est réjoui de cet accord qu’il a qualifié d’un « acte de lucidité et de discernement ». En effet, « jadis creuset de talents dans le sport national, l’Uassu a connu un ralentissement », constate-t-il, non sans rappeler que le dernière réunion de la Confejes à laquelle il vient de prendre part a recommandé aux Etats de faire de la relance du sport scolaire une priorité. Abondant dans le même sens, le ministre Kalidou Diallo a mis l’accent sur la nécessité de la pratique sportive en milieu scolaire. C’est pourquoi d’après lui, « nous venons de poser un jalon dans la pratique du haut niveau, car la haute compétition se prépare d’abord à l’école ».

Pour sa part, le secrétaire général de l‘Uassu, Léopold Germain Senghor, s’est félicité de « l’aboutissement d’un travail qui a pris du temps, mais qui est bon ».  Pour lui, « ce partenariat entrevoit des lendemains meilleurs pour le sport scolaire, car consacrant le retour des établissements publics dans le giron ». Alors, n’a-t-il pas  l’impression d’avoir perdu quelque chose qui lui revenait depuis ? « Oui ». Mais s’empresse d’ajouter que « c’est pour la bonne marche du sport scolaire ». Mieux, « Nous avons œuvré et trouvé la bonne formule » renchérit-il.

François MENDY

Commenter cet article