Mouhamadou Djibril Wade, président Niary Tally

Publié le par senesports.over-blog.com

« Les supporters indélicats nous trouveront sur leur chemin »

Résigné a accepté la démission de son entraîneur après plusieurs médiations infructueuses, le président de Niary Tally Mouhamadou Djibril Wade, très amer contre ses supporters, promet que les faiseurs de troubles leur trouveront sur le terrain. Moustapha Seck a rendu le tablier lors de la 11ème  journée de Ligue 1 sanctionnée par un match nul face au Diaraf, champion sortant (1-1). Ce départ fait suite aux menaces des supporters.

DJIBRIL-WADE.jpg

Vous aviez rejeté la démission de votre coach qui a quitté le navire suite aux menaces des supporters ; où en êtes-vous avec cette question ?

Effectivement, comme vous l’avez dit, le coach m’a présenté sa démission suite à un malentendu regrettable avec les supporters. Je lui ai demandé le temps pour me permettre d’apprécier. Et j’ai pris le temps qu’il faut. Une à deux semaines environ. Après avoir consulté tout le monde, j’ai tenu une séance de travail avec mon staff. Réunion à la suite de laquelle j’ai envoyé des émissaires dont deux doyens qui ont essayé de lui faire revenir sur sa décision. Malheureusement, mais ça n’a pas produit les résultats escomptés. En fin de compte, j’ai pris la décision avec le bureau d’accepter sa démission et de maintenir le contact et les bons rapports d’amitié qu’on a toujours eue. D’ailleurs, dans deux ou trois jours, on va se rencontrer pour discuter d’autre chose. Ce n’est pas une rupture négative. Aujourd’hui, c’est son adjoint qui assure l’intérim en attendant qu’on trouve un entraîneur.


Avez-vous déjà pris contact avec des techniciens ou une « short » liste ?

Autant j’ai pris le temps avant d’accepter la démission de Moustapha Seck, autant je prendrai du temps pour trouver un entraîneur. Ce qu’il faut retenir, c’est que de 1987 à nos jours, Niary Tally n’a connu que quatre entraîneurs.vue sous cet angle, il n’y a pas d’instabilité sur le banc. Tous les entraîneurs qui sont passés chez nous ont connu des problèmes avec les supporters, même quand l’équipe marchait. Pour le moment, on est en train de chercher son remplaçant. Je ne peux pas vous dire quoi que soit sur ce sujet. Nous sommes en train de réfléchir sur la question. Nous trouverons le meilleur entraîneur qu’il faut pour le club.


Vous vous êtes fixé comme objectif en début de saison de terminer parmi les cinq premiers. Vous êtes 3ème, et toujours en course en coupe de la Ligue et du Sénégal. N’est-ce pas que les supporters sont allés un peu trop loin cette fois-ci ?

Oui. Il faut l’admettre. Ils son allés trop loin. D’ailleurs, les véritables sportifs l’ont reconnu. On a parlé avec eux. Il y a d’autres qui sont motivés par autre chose que le sport. Mais il nous trouverons sur le terrain. On est maintenant en Ligue 1, on est plus au stade où on doit à chaque match jeter des pierres pour déstabiliser une équipe. Comme j’ai l’habitude de le dire, on ne naît pas sportif, on le devient. Avec le temps, on va y arriver.


Par rapport aux sponsors, vous en avez fait une priorité en début de saison, mais jusqu’à présent ça bloque. On se situe le blocage ?

Il faut le dire, nous avons les difficultés avec les sponsors de l’année dernière. On bute sur le prix. Parce que nous l’avons revu à la hausse. C’est à ce niveau où nous avons des difficultés. Les négociations bloquent à ce point. Parce l’année dernière, on avait un championnat de 16 matchs. Cette année, nous avons trente journées, les coupes du Sénégal et de la Ligue et un tournoi international que nous devons disputer. Il s’agit de la coupe Ufoa. Donc, les prix ne peuvent pas être les mêmes que l’an passée. Mais on va bientôt trouver des solutions.

Recueillis par François MENDY

Commenter cet article