ATHLETISME

Publié le par senesports.over-blog.com

La performance et l’esprit de conquérant, crédos du CIAD

Centre d’excellence ne recevant que les meilleurs athlètes du continent, le CIAD vise gros cette année. Logique diront certains. D’après son directeur technique, Tidiane Corréa, le centre ne vise ni plus ni moins deux places en finale des championnats du monde de Daigu et pas moins de six podiums aux Jeux Africains de Maputo.

_MG_6447.JPG

Le Centre international d’athlétisme de Dakar (Ciad) a repris du service hier. Pour la présente saison, le centre accueille pour le moment une douzaine de pensionnaires, d’après son directeur technique, Tidiane Gomis, par ailleurs Conseiller pédagogique sportif itinérant (Cpsi). Car l’ancien entraîneur national du décathlon de France, attend deux nouveaux athlètes. Un Soudanais et une Botswanaise. Tous spécialistes du 400m. Par ailleurs, le contingent pourrait s’agrandir et aller jusqu’à dix-sept. « Il y a beaucoup de boursiers de la Solidarité Olympique du CIO cette année », explique-t-il. Une augmentation de la capacité d’accueil qui doit s’accompagner de moyens. Avec un kiné, le directeur technique de la structure souhaite voir le nombre du staff médical augmenter. « Il faut renforcer le volet médical, parce qu’il il est très juste pour le moment », indique-t-il.

Porté sur les fonts baptismaux en 1998, le centre reçoit les meilleurs athlètes en vue de  les préparer pour les joutes internationaux. Et les résultats sont que positifs selon le directeur technique. Tirant le bilan de la saison écoulée, il dira qu’« il est largement satisfaisant car les pensionnaires ont répondu présent aux compétitions dans lesquelles ils ont été présents ». Des résultats qui leur ont permis de placer six athlètes aux championnats du  monde qui auront lieu à Daigu en Corée du Sud.

L’année 2011 est celle de tous les enjeux

Une politique de performance et d’esprit de conquérant que le Ciad va continuer à développer chez ses internes. Suivis par les meilleurs techniciens, l’objectif qui leur est assigné cette année « est de décrocher au moins deux places en finale des championnats du monde », indique M. Corréa. Année charnière dans l’agenda de l’athlétisme mondial, l’année 2011 est celle de tous les enjeux, car les Jeux Olympiques de Londres 2012, se profilent à l’horizon. Une compétition qui « est fondamentale », pour celui qui a été conseiller technique de Franche-Comté Besançon. D’ailleurs, tout ce qui sera fait cette année, se fera en prélude à cette compétition phare. Cette saison « est celle de transition », dit-il à juste titre. Même si l’objectif majeur reste les championnats du monde, les Jeux Africains sont aussi dans le viseur du Ciad qui vise six podiums. Une ambition légitime à ses yeux, puisqu’il regorge de la crème africaine.

Politique d’ouverture et de restructuration

Une élite qui n’a pas tous les chances d’être pensionnaires. En effet, pour y être admis, il faut au moins marqué 1000 points au tableau de cotation de l’IAAF. N’empêche, « ceux qui sont dans l’antichambre du CIAD sont autorisés à s’entraîner avec nous pour qu’ils puissent bénéficier de nos services », explique Tidiane Corréa. C’est le cas de Amadou Ndiaye, qui avait été demi-finaliste des championnats d’Afrique. Une politique d’ouverture qui permet de donner la chance à ceux qui n’ont atteint le niveau de leurs aînés.

En outre, une politique pour la petite catégorie est en train d’être élaborée. Ce qui va permettre au Centre international d’athlétisme de Dakar de mettre son expertise au service des jeunes pousses. A ce sujet, il prendra activement part à la finale qui regroupera la vingtaine de jeunes pousses (10 garçons et autant de filles) qui seront détectés et encadrés par les techniciens sénégalais qui ont pris part au séminaire sur la détection de jeunes talents organisé par la Conférence des ministres de la jeunes et des sports (Confejes).

Cette finale est prévue le le 20 mai prochain à l’occasion du meeting international d’athlétisme de Dakar. L’objectif est de « les suivre en vue des Jeux Olympiques de la jeunesse de 2014 », d’après celui qui est aussi chargé par la Confejes à aider les Fédérations d’athlétisme d’Afrique francophone et de l’Océan Indien à se restructurer.

François MENDY

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article